pavillionaire en transition

Célestine Hoppe

Avec la démographie croissante et la hausse des prix de l’immobilier, Bruxelles et plus globalement la métropole bruxelloise connaît une demande grandissante pour des logements abordables depuis plusieurs années. La Région peine à répondre à ces demandes. Les quartiers pavillonnaires existants sont équipés en infrastructure, ont un foncier non négligeable et donc un potentiel pour muter et s’adapter aux nouveaux besoins. Ces quartiers, principalement composés de maisons isolées unifamiliales, manquent de mixité dans l’offre de logements. Ils ont aussi une population vieillissante pour laquelle ces maisons ne sont pas adaptées. L’isolement de ces personnes âgées, le manque de contacts sociaux entre les voisins et l’absence d’équipements publics ou collectifs sont d’autres enjeux rencontrés dans ces quartiers.

 

Ce travail prend pour hypothèse que leur foncier peut répondre, à la fois, aux enjeux métropolitains et locaux grâce à des interventions raisonnables qui ne modifient pas la nature du quartier. Dans le cadre de cette exposition, les quelques interventions spatiales proposées à Putdaal (Woluwe-Saint-Pierre) sont présentées aux habitants de ce quartier et des portraits ont été réalisés. Extrapolée dans tous les pavillonnaires de la métropole bruxelloise, l’étude pourrait permettre l’implantation de 17 000 logements, tout en préservant une majorité de maisons isolées dans les pavillonnaires.

Habiter les tissus pavillonnaires à Bruxelles réflexion sur leur adaptabilité aux enjeux du XXIe siècle.

Célestine Hoppe
download.png
Atelier de recherche en/sur l'architecture - territoire
 
année académique 2019-2020  
professeurs:  Jean Philippe De Visscher, Basil Descheemaeker, Chiara Cavalieri, Pietro Manaresi
logo_UCLouvain_format_jpg_noir_RVB.png