Je suis une pomme de terre

Juliette Samain

750 000 tonnes de pommes de terres sont actuellement invendables en Belgique en conséquence de la crise sanitaire du Covid-19. Ce gaspillage engendré met en lumière la situation que beaucoup d'agriculteurs n'ont pas le pouvoir de décision quant à la finalité de leurs productions étant donné qu'ils sont dépendants d'un système alimentaire agro-industriel décisionnaire des prix, des quantités et de la vente de la plupart des produits alimentaires du pays. Ce travail de fin d’étude d’architecture ambitionne de trouver des moyens d’évolution à un système agro-alimentaire basé sur la quantité de production et la rentabilité, mais surtout d’imaginer le visage d’un territoire productif valorisant l’humain, la nature et la société actuelle et de demain. En reconnectant physiquement les espaces agricoles productifs et les consommateurs, certaines questions écologiques, sociales et économiques peuvent être solutionnées. L'agriculture actuelle fonctionne selon un système de production et de distribution ultra-efficace mais qui  nient la volonté de circuit-court des consommateurs et des producteurs. Etant donné que les sols agricoles constituent la majeure partie du territoire belge, il s'agit d'une réelle opportunité de valorisation du paysage rural grâce à la réflexion mêlant production en circuit-court, agriculture durable et parc agricole national.  Ce travail repositionne l’agriculture au centre de la société, de la ville et de l’organisation du territoire en spéculant que le territoire de demain sera majoritairement agricole

Affluent alimentaire,

le territoire agricole productif

Juliette Samain
download.png
Atelier de recherche en/sur l'architecture - territoire
 
année académique 2019-2020  
professeurs:  Jean Philippe De Visscher, Basil Descheemaeker, Chiara Cavalieri, Pietro Manaresi
logo_UCLouvain_format_jpg_noir_RVB.png